Eviter les ré hospitalisations, la mission Prado pour les infirmières libérales

Eviter les ré hospitalisations, la mission Prado pour les infirmières libérales

 

En visitant ses patients au quotidien, l’infirmière libérale est aussi en charge de lutter contre la réhospitalisation de certains de ceux-ci. C’est la mission officielle, qui leur est attribuée avec les dispositifs Prado.

Quand l’infirmière libérale est en charge de favoriser le retour à domicile

 

Bien que trop souvent qualifiées de professionnelles de santé pour les soins de ville, les infirmières libérales s’inscrivent dans le parcours de santé des patients. A ce titre, elles interviennent auprès d’une patientèle sortie de l’hôpital. Et depuis 2010, les infirmières libérales sont mêmes appelées à collaborer plus activement à ce retour à domicile. C’est l’objectif affiché des Prado(s) un acronyme pour Programmes de retour à domicile. Au départ, le Prado concernait les sages-femmes libérales, qui s’engageaient à visiter les jeunes mères sorties plus tôt de l’hôpital. Rapidement, le dispositif a été élargi et on retrouve désormais le Prado pour l’orthopédie, la cardiologie, la pneumologie, les plaies chroniques. Ce type de programme a même été organisé à destination des personnes âgées depuis 2016.

Si les règles et les modalité changent d’une spécialité à l’autre, l’objectif reste toujours le même comme l’explique la plaquette informative éditée par l’Assurance Maladie :

« Améliorer la prise en charge en post-hospitalisation, réduire le délai d’intervention des professionnels libéraux, réduire aussi la durée moyenne de séjour ainsi que le recours aux établissements de soins de suite et de réadaptation et réduire le nombre de ré-hospitalisations à court et moyen-termes »

On comprend aisément que les infirmières libérales sont pleinement concernées par ce dispositif.

Prado et IDEL, des engagements pas toujours compris par chacune des parties

 

Certaines infirmières libérales ont déjà fait part de leur mécontentement face à un dispositif, qui est accusé, dans certains cas, de représenter une forme indirecte de concurrence déloyale. C’est ce qu’expliquait, en 2017, une infirmière libérale de la région parisienne aux journalistes d’Actusoins : Elle expliquait qu’après avoir suivi une formation obligatoire pour une inclusion d’un patient dans un protocole Prado Insuffisance cardiaque, elle s’est sentie un peu fautive : « Comme j’étais la seule sur mon territoire à avoir accepté de suivre cette formation, j’ai récupéré, sans vouloir leur voler évidemment, les patients de mes collègues ».

Pour les patients, le bénéfice est plus que positif, puisque l’ensemble du dispositif est coordonné par l’Assurance Maladie. Sur le terrain, la coordination hôpital – soins de ville se fait plus efficacement. Pour les hôpitaux, la question de garder un patient pour la simple raison de ne pas être assuré de son suivi une fois rentré chez lui ne se pose plus. C’est une avancée significative dans l’efficience du système de santé. Pour les infirmières et infirmiers libéraux, une formation est dispensée avec un corpus adapté à la spécialité concernée. Ces professionnels de santé se montrent désormais plus réceptifs à ce genre de protocoles, puisque le principal grief fat désormais à ces programmes concerne le manque de promotion qui en est fait par l’Assurance Maladie.

Le Prado, une première étape pour des compétences élargies pour les infirmières libérales

 

Certaines initiatives ont au moins le mérite de faire bouger les lignes. Ainsi dans le département de Seine et Marne (77), une formation innovante (et obligatoire) a été initiée pour les IDEL(s), afin de les autoriser à réaliser des consultations pour les patients souffrant d’insuffisance cardiaque ou de BPCO. C’est une véritable opportunité pour les infirmières libérales de valoriser leur technicité et leurs compétences. Il ne s’agit pas, comme l’expliquent les responsables du programme, de concurrencer les SSR ou l’hospitalisation à domicile, mais bien de poursuivre le but originel du Prado : réduire les réhospitalisations. Il faudra encore attendre quelques semaines, voire quelques mois, pour pouvoir bénéficier de données suffisantes pour analyser la mobilisation des infirmières libérales du département. Un tel dispositif reste rare, mais peut-être que la Seine et Marne suscitera des vocations de la part d’autres territoires.

Dans tous les cas, les Prado(s) semblent bien aujourd’hui répondre à un véritable enjeu de santé publique tout en apportant des réponses concrètes et efficaces aux professionnels de santé en général et aux infirmières libérales en particulier.

 

 

Et vous, êtes-vous partie prenante d’un tel dispositif et si oui lequel ? Et que pensez-vous qu’il faudrait revoir pour rendre le dispositif plus efficace encore ?

 

 

 

By |2019-01-13T20:47:21+00:0013 janvier 2019|IDEL au quotidien|56 Comments

56 Comments

  1. Louis Blo
    Louis Blo Le 13 janvier 2019 - Répondre

    Oui mais alors que notre profession ne soit plus dévalorisé !!!!!

  2. Isabelle Vandendriessche

    ça leur coûte moins cher 1 forfait par semaine plutôt qu’une surveillance tous les jours, économies..économies…au détriment de la santé du patient !

    • Chataigne Margueritte
      Chataigne Margueritte Le 17 janvier 2019 - Répondre

      Isabelle Vandendriessche Ben voyons!!!

    • Nora Drenadou
      Nora Drenadou Le 18 janvier 2019 - Répondre

      Isabelle Vandendriessche ben bien sûr ! Genre un patient qui est à la limite de l’hospi, n’a besoin que d’un passage par semaine !!! Alors qu’il en a 5 a l’hosto a raison de 700 euros jours en moyenne !

  3. Elodie Dubourg
    Elodie Dubourg Le 13 janvier 2019 - Répondre

    ?????

  4. Dominique Diry
    Dominique Diry Le 13 janvier 2019 - Répondre

    c’est déjà notre mission !

  5. Céline Céline
    Céline Céline Le 13 janvier 2019 - Répondre

    Prado vu depuis un service d’hospitalisation, moi j’ai le sentiment que ça ne sert à rien, je me trompe ?

    • Marie-Aline Demauljean
      Marie-Aline Demauljean Le 13 janvier 2019 - Répondre

      Céline Céline Prado ortho oui effectivement …..de toute façon les idel passent avec ou sans Prado pour les anti coagulant et les pansements ! Et dans ce cas on a rien de plus !

    • Céline Céline
      Céline Céline Le 14 janvier 2019 - Répondre

      c’est bien de l’ortho que je parlais 😉

    • Veronique Iaegly
      Veronique Iaegly Le 14 janvier 2019 - Répondre

      C est la reconnaissance de notre rôle de prévention grâce à la cotation d un acte : ami 5.8 . Nous sommes visibles et pas dilué dans des citations fourre tout . Nous sommes le lien entre médecins hôpital et patient . Ça fait prendre conscience au patient et à sa famille de s auto surveiller . C est un temps de soin que nous consacrons qu a à ça les patients sont concentrés sur ce problème nous avons un rôle d éducation rémunéré. Notre métier change et évolue . Je suis pour .

  6. Cécile Bellurot Viguier

    On le faisait déjà

    • Véronique Bourrel
      Véronique Bourrel Le 14 janvier 2019 - Répondre

      Cécile Bellurot Viguier
      Oui mais là c est enfin reconnus et facturable.
      C est une avancé, petite mais c est un début

    • Cécile Bellurot Viguier

      Véronique Bourrel ma réaction fait suite à la lecture de l’intitulé de l’article ,ensuite inventer de nouvelles mission encadrés par de nouveaux organismes en se servant de l’ide qui faisait déjà ces missions sans qu’on le lui demande ça a quelque chose d irritant …comme tous ces prestataires de services qui se développent partout pour soi disant palier à un manque d organisation en sortie d hospitalisation alors que souvent ils se contentent de nous appeler et c est bien nous qui faisons le travail !!le patient n a plus rien à faire soi disants …C ets vrai qu’auparavant il fallait téléphoner à son Ide juste avant de sortir de l hôpital ….quelle économie de temps pour lui…en revanche quel gain financier pour ces sociétés !!les Ide libérales voient depuis des années leurs compétences ,leurs expertises,leurs bon sens pratique adaptés au terrain non reconnus et non valorisés et aujourd’hui elles doivent regarder fleurir toutes ces tentatives d’organisation sans être vexées …nous faisions tout ça mais gratuitement ,on est bien d accord ,mais rétribuer nos actions n aurait pas était moins coûteux pour la société que d engager tous ces frais ,en créant des réseaux ,des intermédiaires qui on le constate tous les jours sont Sources d’erreurs ,de confusions sans parler souvent des difficiles relations avec ces autres intervenants ,il faut voir comment on nous parle parfois comme à des idiotes incompétentes ,inconscientes …c est de reconnaissance dont nous avons besoin par d encadrement, le propre dû libérale c est que nous sommes autonomes et dégourdis et c est notre qualité ce qui fait de notre engagement un maillon efficace de la chaîne médicale mais on ne nous prend pas au sérieux on ne communique même plus avec nous en sortie d hospit ,une simple feuille de liaison suffisait nous ne l’avons même plus ,moi j ai l’impression que les ides à dom sont invisibles pourtant je connais peu de territoire complètement dépourvu d Ide en plus vue le nombre de kilomètres que l’on fait on couvre de sacrés secteurs …à nous toutes et tous nous sommes déjà la parade à la re hospitalisation !quand je lis que cela évitera que l hôpital n empêche la sortie d un patient par peur d un manque de prise en charge à domicile mais je suffoque !!!ou cela se passe t il ??????dans quelle région il y a t il tellement peu d Ide qu on lache les patients seul avec leur anticoag ,leur pansement ,leurs béquilles ,leurs cachets etc ???????où??? Je pense que le vrai problème c est que l on ne peut comptabiliser le nombre de patient à qui l on évite les catastrophes ,les hospitalisations ,les chutes ,les dépressions,les hypoglycémies sévères à cause des placards vides …oui nous faisons les courses aussi parfois !!!!!!si toutes mes collègues n’étaient pas déjà dévoués ,intelligentes ,humaines et dégourdis j insiste là dessus il y en aurai des re hospitalisations vous savez !alors oui on va le faire le Prado,comme on a accepté d être les petites mains des prestataires de service ,comme on accepte aussi que nos patients soient envoyé direct un mois en soins de suite après une courte hospit en entendant dire à leur famille au moins là ils sont en sécurité ….mais acceptez que nous soyons un peu susceptibles lorsque encore une fois on entend que le maintien à domicile est risqué ,que la situation des soins à domicile est précaire et qu il faut l encadrer désolée c est vexant ,la vie tout court est précaire mais le plus souvent ça se passe bien ,le rôle de l Ide et je pense que c ets l essence même de ce qui fait qu elle veut exercer à dom c est que justement elle accepte le risque de la vie en général tout en ayant l œil pour voir quand ça devient trop dangereux mais en laissant le maximum de latitude aux patients pour rester autonome et donc chez eux ..je crois comprendre en plus que Prado va nécessiter une formation donc si on ne l’a pas encore faite d’autres Ide viendront chez les patients qu’elles ne connaissent pas ?c est peut être flou ,peut être je m’emballe et je vous assure que je souhaite uniquement le meilleur pour nos patients mais parfois le plus simple est aussi le mieux ,en revanche j expérimenterai et si je me suis trompée je saurai le dire c est aussi ça une Ide à dom … .désolée je ne sais pas faire court

  7. Thal Enzo
    Thal Enzo Le 13 janvier 2019 - Répondre

    On a pas attendu le Prado !!

  8. Marie Hivert
    Marie Hivert Le 13 janvier 2019 - Répondre

    Euh c’est de l argent dépensé inutilement !!!

  9. Pep
    Pep's Rêve Le 13 janvier 2019 - Répondre

    Je pense que c’est déjà un rôle que nous remplissons au quotidien non ?

  10. Catherine Bouyer-Morin
    Catherine Bouyer-Morin Le 14 janvier 2019 - Répondre

    vous pensez vraiment qu’avant le PRADO on n’évitait les ré hospitalisations !!!! 😤😤

  11. Li Line
    Li Line Le 14 janvier 2019 - Répondre

    Du grand n’importe quoi ! Puis depuis quand on essaye de crédibiliser les IDEL dans leur travail???! C’est plutôt l’inverse…. on nous fait bien souvent comprendre qu’on ne sert à rien, qu’on coûte cher a la société etc etc etc pffffff

  12. Veronique Iaegly
    Veronique Iaegly Le 14 janvier 2019 - Répondre

    Je reste optimiste et positive car j aime mon métier . Et j ai 32 ans d exercice . Je comprends le ras le bol et l épuisement. Nous sommes ballottées par la gestion comptable de la santé. Mais nous avons la chance de pouvoir exercer dans des domaines très variés, de changer de mode d exercice pour se ressourcer ailleurs et nous avons la reconnaissance de nos patients. Alors serrons nous les coudes échangeons soyons bienveillantes les unes envers les autres . Et si on veut changer le système syndiquons nous .

    • Chataigne Margueritte
      Chataigne Margueritte Le 17 janvier 2019 - Répondre

      Veronique Iaegly soudés nous le sommes et exploités également !!!

    • Veronique Iaegly
      Veronique Iaegly Le 17 janvier 2019 - Répondre

      Comme beaucoup de professions feminines .il me semble que notre force se sont nos patients . Faisons poids dans la société à travers nos soins, rendons nous indispensables auprès de nos patients grace a nos compétences, la prévention l éducation les soins de plus en plus techniques sont nos atouts , donnons une image positive et arrêtons de pleurer sur nous mêmes. L union fait la force .

  13. Sandie Galeano
    Sandie Galeano Le 14 janvier 2019 - Répondre

    On fait cela tous les jours

  14. Cécile Bellurot Viguier

    Et puis puisque je me fais la porte parole des Ide susceptibles…je suggère un autre titre pour cet article : « avec le dispositif Prado ,les infirmières sont ENFIN soutenues dans leur lutte contre la re hospitalisation » car si c est l objectif réel ça passera nettement mieux dit comme cela

  15. Orim Tourim
    Orim Tourim Le 14 janvier 2019 - Répondre

    😂 invités à lutter contre la re hospitalisation…
    Déjà la tournure de phrase me fatigue!!!
    Sinon c’est bien connu qu’on fait tout pour les hospitaliser et se débarrasser d’eux au moindre problème…😖🤬

    • Nora Drenadou
      Nora Drenadou Le 18 janvier 2019 - Répondre

      Orim Tourim oui ! Pis quand on aura pas re-hospistalisé nos patients, notre chiffre augmentera puisque nous soignerons les patients a domicile et non a l’hosto ! Et on se demandera encore, pourquoi les dépenses de la sécu augmentent du côté des IDE libérales et baissent du cote hospi !!!

    • Orim Tourim
      Orim Tourim Le 19 janvier 2019 - Répondre

      Nora Drenadou les dépenses sécu n’augmentent pas du côté libéral… had oui

  16. Julines Gnclvs
    Julines Gnclvs Le 14 janvier 2019 - Répondre

    On le fait et on est pas aides. Manque de reconnaissance. A priori pas gênant de venir que pour des points et de laisser les patients seuls gérer leurs pansements, au risque que çà se reinfecte et Qu ils retournent à l hosto. Pas gênant pour la sécurité sociale à priori de faire travailler pour moins que le smic parfois des infirmières libérales alors que même en les augmentant un peu on gagnerait quand même en vidant plus les hôpitaux qui coûtent des sommes bien plus grandes. On s est déjà tous retrouves en libéral à passer plus de temps que ce pourquoi on est payé, on le fait depuis longtemps. Peut être pas demander toujours au même de faire des sacrifices pour le bien de la sécurité sociale et des patients….donc on lutte déjà contre les ré hospitalisation, il faudrait aider plus et pour l instant je doute que cet organisme aide réellement…

    • Chataigne Margueritte
      Chataigne Margueritte Le 17 janvier 2019 - Répondre

      Julines Gnclvs on pourrait demander à la Poste. Les pauvres facteurs qui n y arrivent plus avec des tournées pas possible .qui d eux mêmes faisaient attention à leur tournée à qui on rajoute des responsabilités qui sont facturées par la poste mais dont le fruit n est pas reversés à celui qui surveille.

  17. Vanessa Dassonville
    Vanessa Dassonville Le 14 janvier 2019 - Répondre

    Oui on le fait tous déjà dans nos pratiques quotidiennes et combien d’année sans reconnaissance 🤔

  18. Sophie Serratore
    Sophie Serratore Le 15 janvier 2019 - Répondre

    Oui en effet c est notre quotidien où on y rajoute a des démarches administratives supplémentaires. C’est un service de coordination de soins.

  19. Véronique Bourrel
    Véronique Bourrel Le 15 janvier 2019 - Répondre

    Nous faisons cela au quotidien
    Si enfin cela peu être reconnu et que se soit enfin facturables se serai très bien.

  20. Alexandre Hubleur
    Alexandre Hubleur Le 15 janvier 2019 - Répondre

    Une honte !!!
    Mais quand allons nous réagir !!!!

  21. Veronique Bas Just
    Veronique Bas Just Le 16 janvier 2019 - Répondre

    En plus la photo est inappropriée, ca noysnousmet encore dans un rôle de bonne soeur, maman etc… vous auriez la meme photo avec un medecin ou un kiné, nous ne sommes toujours pas reconnues comme professionnellespro ca vous choque pas ?

  22. Unjour Unmatin
    Unjour Unmatin Le 16 janvier 2019 - Répondre

    Augmentez réellement nous déjà !

  23. Tchitcho Bello
    Tchitcho Bello Le 16 janvier 2019 - Répondre

    Gaelle Ulysse Timéo

  24. Susana Pires
    Susana Pires Le 17 janvier 2019 - Répondre

    Le Prado la bonne blague
    Ça résume le travail qu on fait depuis toujours….. On n a pas attendu le Prado pour savoir bosser….

    • Valérie Tarsitano
      Valérie Tarsitano Le 19 janvier 2019 - Répondre

      Susana Pires je pense que le prado ou assimilé n’a pas vocation à apprendre à bosser quoi que… mais à protocoliser le maintien à domicile sans réhospitalisation non indispensable de personnes cibles en mettant en avant le savoir faire des IDEL pour ce faire dans différents champs comme la prévention ou l’éducation.

    • Susana Pires
      Susana Pires Le 19 janvier 2019 - Répondre

      Valérie Tarsitano perso je pense que cela ne valorise en rien notre métier mais bien au contraire
      Prévention et éducation et surveillance clinique spécifique font partie de notre exercice quotidien
      Les documents Prado font doublon avec le dossier de soins

    • Valérie Tarsitano
      Valérie Tarsitano Le 19 janvier 2019 - Répondre

      Susana Pires tu peux continuer comme avant si tu avais Le prescriptions en ce sens et facturer de l’AIS4 / séance…

    • Valérie Tarsitano
      Valérie Tarsitano Le 19 janvier 2019 - Répondre

      Susana Pires mais du coup tu n’es pas identifiée pour cette PEC spécifique..

    • Nathalie Cogitore Roualet

      Tout à fait d accord avec Susana Pires!!! C est deja ds notre rôle de prévention et bien sûr toutes nous le faisons !! De la papasserie en plus …pour rien !!!

    • Natacha Taillepied
      Natacha Taillepied Le 23 janvier 2019 - Répondre

      Pas d accord avec vous … la ou on crie qu il faut nous revalorise avec le prado on a un ami5.8 qui est qd meme mieux qu un ais4. .
      Vous parlez de doublons ? Nous les prado en cours sont des patients connu du cabinet mais qui n etait pas des surv hebdo mais qui j espere le deviendront a l issu du prado ..
      Doublons dans la traçabilité ? Libre a toi … l important est de tracer pas la peine de recopier dans un dossier de soins propre au cabinet ce que tu ecrit dans le carnet prado …

    • Susana Pires
      Susana Pires Le 23 janvier 2019 - Répondre

      Natacha Taillepied si on parle de cotation oui effectivement il y a une valorisation.
      Les patients que j ai en Prado étaient déjà tous des pec régulières c pour cela que je parle de doublon car je faisait déjà un travail d observance clinique spécifique avant le Prado

  25. Mu Riel
    Mu Riel Le 17 janvier 2019 - Répondre

    Et le bisou sur le front c’est un ami1???

  26. Chataigne Margueritte
    Chataigne Margueritte Le 17 janvier 2019 - Répondre

    Mais que croient ils que l on fasse ! Par contre ma vigilence la relation d Aide patient / famille / gestion des aides ! On fait infirmière / assistante sociale/ gouvernante / parfois aide vétérinaire / cuisinière /ménagère !MAIS MÊME SI ON SOIGNE LES ORDINATEURS LES PLUS CHERS ET LES PLUS PRECIEUX =des êtres vivants. Les cotations sont ridicules et à la fin du mois cela revient une fois chargés déduites <ou= 10Euro de l heure.
    Notre Profession souffre du mal de la CORNETTE!!!

  27. Pierre Malgouyres
    Pierre Malgouyres Le 17 janvier 2019 - Répondre

    Comment transformer l’indépendance infirmière en exercice subordonné. 😡😡😡

  28. Florence Gasc
    Florence Gasc Le 18 janvier 2019 - Répondre

    Ce que demande le Prado une fois par semaine je le fais tout les jours ! Aucun intérêt ! Ça n’a pas empêché ma patiente d’être encore hospitalisée

  29. Nora Drenadou
    Nora Drenadou Le 18 janvier 2019 - Répondre

    Oui le prado ! Ok une avancée ! Car une reconnaissance de ce que l’on faisait avant sans être payé, mais de 1, pourquoi nous faut il absolument une formation pour faire ce qui nous a été appris à l’école et validé par un diplôme d’état ?
    De 2 pourquoi autant de paperasse genre des démarches de soins pour expliquer pourquoi on fait ce l’on nous a pris à faire ? Si on demandait aux médecins une démarche avec risques et problèmes.. liés à… actions… et Evaluation à chaque fois qu’ils donnent un arrêt maladie, la sécu serait sauvée ! C’est injuste, sans nous notre système de santé s’effondrerait !

  30. Sandrine Caignec
    Sandrine Caignec Le 18 janvier 2019 - Répondre

    Psfff….

  31. Lisa Dejean
    Lisa Dejean Le 18 janvier 2019 - Répondre

    Quelle blague !!

  32. Blanc Cyrille
    Blanc Cyrille Le 19 janvier 2019 - Répondre

    de l enfumage !!!

  33. Florence Samud
    Florence Samud Le 19 janvier 2019 - Répondre

    Nul doute que les ide n ont pas attendu ça pour savoir bosser

  34. Anne Pujol
    Anne Pujol Le 19 janvier 2019 - Répondre

    c »est surement prado qui pique l »idee aux idel car il y a longtemps que l »on travaille dans ce sens!! a mon avis il faut leur trouver un truc a faire notre mission est passee sous silence mais ca n »est pas un scoup cette formule !!

  35. Sylvie Garrier
    Sylvie Garrier Le 20 janvier 2019 - Répondre

    Et le Prado en orthopédie, en quoi évite t il une hospit puisqu on les a à leur sortie pour injection et pansement? Pfff PRADO = blabla….

  36. Edwige Laurent
    Edwige Laurent Le 20 janvier 2019 - Répondre

    Une blague !!!

  37. Elodie Dubourg
    Elodie Dubourg Le 22 janvier 2019 - Répondre

    Bla bla et à côté de ça le ssiad et l’ had ne veulent plus nous payer nos actes au tarif conventionnel sécu…ils nous réduisent nos actes pour qu’ on coûte moins chers …. dégoutée de ce métier de plus en plus 😔😔

Laisser un commentaire