Les infirmières libérales expriment leur désarroi et leur passion

Les infirmières libérales expriment leur désarroi et leur passion

 

A travers les multiples commentaires, que vous nous laissez chaque semaine, vous confirmez que devenir infirmière libérale représente bien souvent la concrétisation d’une vocation, même si vous devez au quotidien surmonter d’innombrables obstacles.

Chaque jour, les infirmières libérales doivent lutter contre de multiples tracas

Chaque semaine, nous survolons l’actualité de la profession infirmière, en nous attachant principalement à décrire les conditions dans lesquelles les infirmières et infirmiers libéraux doivent exercer leur activité au quotidien. Si ces situations sont parfois difficiles, et le terme est faible, elles ne reflètent pas toujours exactement et précisément la réalité que vivent les IDEL(s) de l’Hexagone, et pour s’en rendre compte il suffit de lire les commentaires, que vous êtes si nombreux et nombreuses à laisser. Ainsi lorsque nous évoquions la difficile procédure à suivre pour une infirmière libérale, souhaitant refuser (ou interrompre) les soins d’un patient, vous avez confirmé cette difficulté et même bien plus encore, comme Chalou Lombart : « Pas si facile d’interrompre les soins, même quand il y a agression verbale par le mari de la patiente… Ça fait plus d’un an qu’on rame. ». Car le refus de soins résulte souvent de comportements fautifs de la part des patients, et même dans ces cas d’agression (verbale ou physique), l’infirmière libérale doit faire preuve de professionnalisme et de rigueur. Catherine Camara résume parfaitement la situation en écrivant : « C’est arrivé à ma collègue d’être insultée, elle a laissé passer et ça a fini par un coup de poing au visage. J’ai sur l’instant signifié à la femme du patient agressif que nous arrêtions immédiatement la prise en charge suivi d’une lettre AR. Ma collègue est allée porter plainte »

 

Quand les indus deviennent un stress au quotidien

Et vos réactions se font encore plus vives lorsque l’on évoque les procédures d’indus. En la matière, presque toutes les infirmières libérales ont des histoires à relater. Bien que nous ne puissions pas entrer dans le détail de chacune de ces histoires personnelles, force est de constater que les indus concentrent une bonne partie de la colère de toute une profession. Lnt Ren nous a ainsi livré un témoignage fort instructif en écrivant : « Quand j’ai commencé le libéral, j’ai reçu une lettre me demandant de rembourser tous les dimanches et jours fériés payés pour une dame diabétique, 3 passages par jour pendant 6 mois, je vous laisse calculer… Le motif : vous n’avez pas facturé le déplacement donc on ne vous paye pas vos fériés! Je ne vois pas le rapport ! J’ai demandé des explications, j’ai expliqué que le déplacement était facturé à son mari vu que lui aussi avait des soins. Ils n’ont rien voulu savoir et m’ont déduit les indus de mes autres factures. Je commençais mon aventure en libéral… bonjour l’entrée en matière ! »

 

Infirmière ou infirmier libéral, une profession passionnante et valorisante

Nous pourrions poursuivre cette liste à la Prévert pendant de longues heures, tant les témoignages se multiplient. Les griefs portés par les infirmières et infirmiers libéraux ne sont pas toujours adressés contre l’Assurance Maladie ou toute autre structure d’autorité (nous pensons notamment à l’Ordre National des infirmiers, qui concentre un grand nombre de critiques). Les infirmières et infirmiers libéraux soulignent également régulièrement le manque de considération, qui leur est porté notamment par les patients eux-mêmes. C’est ce que nous explique Magali Angelotti : « Certains patients pensent que nous n’avons pas de vie en dehors du travail… Ceux qui demandent de ne pas passer avant 21h parce qu’ils n’ont pas envie de se coucher trop tôt ».

Mais de nombreuses infirmières libérales témoignent aussi de leur passion pour ce métier, évoquant leur relation avec leurs patients, leur fierté de « soigner et être utile aux autres ». Car choisir de devenir infirmière ou infirmier libéral traduit souvent une vocation, qui peut être mise à mal par les difficultés quotidiennes.

C’est une profession complexe aux multiples spécificités. C’est pour en rendre compte le plus fidèlement possible, que nous vous donnons la parole. Vous voulez témoigner de votre quotidien ou apporter un éclairage personnel sur un aspect particulier de votre profession, alors contactez-nous et nous nous rapprocherons de vous pour recueillir votre témoignage.

Et vous, quel serait votre témoignage principal si vous deviez parler de votre métier d’infirmière libérale ?

By |2019-02-27T20:07:15+00:0027 février 2019|IDEL au quotidien|4 Comments

4 Comments

  1. Blanc Cyrille
    Blanc Cyrille Le 27 février 2019 - Répondre

    arrêter avec ce mot vocation!!!
    il y’a 100 peut être mais c est terminé !!

  2. Véronique Bourrel
    Véronique Bourrel Le 28 février 2019 - Répondre

    Ce n est pas une vocation
    C est une véritable profession avec de vrai compétences, des responsabilités, où nous sommes en plus des chefs d entreprises
    Et cette profession est accomplie avec passion et devouement mais nous ne sommes pas des  » bonnes soeurs » svp arrêtez ce mot de vocation.

  3. Noura Thsaine
    Noura Thsaine Le 4 mars 2019 - Répondre

    Ça m irrite aussi ce mot  » vocation » , c est très réducteur!

Laisser un commentaire