L’information est passée quasiment inaperçue tant l’actualité du monde médical est en ébullition actuellement. Pourtant le célèbre hôpital privé de Neuilly, aux petits soins des stars et des richissimes hommes d’affaires du monde entier, a vu son accréditation retirée provisoirement par son organisme de contrôle américain ! Alors que l’on pourrait penser que payer un accouchement aux bas mots 10 000 euros protègerait de ce genre de bévues… Si la médecine des « riches » et la médecine du « peuple » semblent très éloignées, aujourd’hui on remet de plus en plus en question la qualité des offres de soins qui se veulent prestigieuses.

Les VIP en soins infirmiers : des patients comme les autres ou des privilégiés de la médecine de luxe ?

Lorsque l’on voit des célébrités en jolis peignoirs blancs, toutes pimpantes alors qu’elles sont censées être hospitalisées, ou des VIP prendre des jets privés pour une consultation d’ophtalmologie, il y a de quoi se poser certaines questions. La plus évidente est celle de connaître les réalités d’une médecine qui semble à deux vitesses : les soins de « Monsieur Tout le monde » et les soins ultra sophistiqués apportés par les plus imminents spécialistes médicaux sur en la matière livrés sur un plateau (enfin par hélico)… Pendant que Monsieur « Tout le monde » attend encore dans une salle d’attente bondée ! Inutile de le nier, ces pratiques existent et sont largement discutables en de multiples points. Et puis il y a la somme de toutes ces personnalités connues qui se font soigner au même titre que n’importe quel autre patient, plus anonymes certes mais sans attention particulière. Mis à part l’obligation évidente et légitime du secret médical. Évidemment comme elles sont discrètes, le monde retiendra plutôt les frasques de Liliane Betancourt dans SON hôpital que celles de personnes qui souhaitent juste être… soignées ! Par ailleurs la ministre de la Santé Marisol Touraine, a rappelé en mai 2014 lors d’une interview au journal Le Point qu’il n’y avait aucun passe-droit pour des patients privilégiés dans la médecine française, malgré la réputation de son excellence dans le monde : « […] Lorsque ces riches patients viennent se faire soigner dans nos hôpitaux, ils paient plus cher que le tarif de la Sécurité sociale. C’est donc un gain financier net pour nos établissements. Dès lors que cela n’affecte pas la prise en charge de tous les patients, pourquoi ne pas favoriser le rayonnement de l’excellence française ? Mais il n’est évidemment pas envisageable que la collectivité finance des caprices de star ou des demandes extravagantes de la part de ces patients ».  Le message est clair. On se souvient du passage remarqué de l’émir d’Ambroise-Paré en 2014 dans cet hôpital public des Hauts-de-Seine où il est « arrivé avec un cortège de voitures, a bloqué tout un étage, s’est fait livrer sa nourriture, exigé des travaux de rénovation… Une histoire de dingue »  racontait alors le Dr Loïc Capron, de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) à l’Express.  Ou bien encore de la création de l’hôpital européen Georges Pompidou en 2001, spécialement conçu pour une clientèle aisée et puis aussi des « conciergeries médicales » qui vantent et qui vendent les services médicaux des hôpitaux publics français ! Certains admettent que cette clientèle aisée peut aider à renflouer les caisses de l’État, d’autres se refusent à traiter ces VIP comme des privilégiés avec tous les excès que cela comporte. « En France c’est quand même notre fierté d’accueillir tout le monde à l’hôpital public mais sur un pied d’égalité », rappelle à l’Express Bernard Granger, médecin à l’AP-HP.

L’Hôpital américain de Neuilly : la clinique de tous les privilèges mais aussi de manquements

En réalité les privilèges et les passe-droits des stars n’accordent pas tout et l’histoire de l’Hôpital américain de Neuilly en est la preuve flagrante. Qui n’a jamais entendu parler de cet hôpital privé réservé aux riches hommes d’État, hommes d’affaires et célébrités plus ou moins remarquées… ou remarquables. L’Hôpital américain de Neuilly a été créé par l’État américain durant la seconde guerre mondiale pour y accueillir les blessés de guerre. Petit à petit les Américains, se sont faits rares et l’hôpital est devenu en quelques années le repère et le lieu médical par excellence de toutes les stars. Le secret de cette réussite flamboyante ? Un hôpital qui n’a rien d’un hôpital mais plutôt d’un palace soignant : « Room service, groom en uniforme, petits déjeuners avec jus de fruits pressés, repas végétariens, casher, halal… servis sous cloche. Salon de thé, cafétéria, et même un restaurant, le Garden, donnant sur une terrasse très prisée aux beaux jours. Manucure, coiffeur, soins du visage… ». Pourquoi tout ce luxe ? Parce qu’ « ils le valent bien » comme Liliane Bettencourt ou parce qu’en réalité il vaut mieux faire oublier à ces VIP l’angoisse du soin médical… Un peu des deux peut-être ! Quoi qu’il en soit, si l’Hôpital américain connait plus la carte Gold que la carte Vitale, il reste contrôlé par la Joint Commission on Accreditation of Hospitals, l’organisme privé chargé de surveiller la qualité des hôpitaux américains, dont celui-ci, unique en son genre hors du territoire américain. Cet organisme a donc, comme pour tout établissement hospitalier, le droit d’effectuer des visites surprises pour inspecter les mesures sanitaires de l’hôpital comme cela a été effectué le 12 septembre 2014. Or le résultat est accablant : « Nous avons relevé 44 points, de la protection incendie à la tenue des dossiers médicaux en passant par le risque d’infections nosocomiales, qui ne sont pas parfaitement conformes à nos exigences », explique Katie Looze, de la Joint Commission à Le Point. Ainsi le 1er décembre, le comité pour la première fois depuis la création de l’établissement, a officiellement mis en garde la direction de l’hôpital. Un coup de tonnerre dans la médecine strass et paillettes… Et vous, infirmières et infirmiers libéraux, avez-vous déjà été confrontés aux problèmes de « caprices de stars » ou de personnes relativement célèbres ? Êtes-vous pour instaurer une médecine de privilège dans les hôpitaux publics ou au contraire trouvez-vous cela anormal ? Que pensez-vous du cas de l’Hôpital américain ? N’oubliez pas, si vous nous faites part de vos témoignages, de respecter le secret médical !