Les infirmières libérales en appellent aux sénateurs et aux députés !

Les infirmières libérales en appellent aux sénateurs et aux députés !

 

C’est peut-être la lettre de la dernière chance. Le courrier adressé aux députés et aux sénateurs de la République Française pourrait permettre de relancer les négociations conventionnelles entre les infirmières libérales d’une part et l’Assurance Maladie d’autre part.

Les infirmières libérales excédées veulent en terminer avec leurs négociations conventionnelles

Attendues pendant des années, les négociations conventionnelles entre les infirmières libérales et hospitalières d’une part et l’Assurance Maladie d’autre part, auraient du se clôturer au début de cet été 2018. On connait les hésitations des uns et des autres, les innombrables retournements de situation, le silence des autorités devant les revendications des infirmières libérales, les espoirs mis dans l’aboutissement de ces négociations conventionnelle pour les infirmières et infirmiers, …. Et pourtant, les syndicats représentatifs de la profession comprirent très rapidement que ces négociations auraient du mal à aboutit à quoi de ce soit de concret. Souvenez-vous, ces négociations conventionnelles pour les infirmières libérales sont très rapidement devenues interminables.aux yeux des IDEL(s).

Dès le mois de juin, ces mêmes syndicats en alertèrent le premier Ministre en personne, et cette lettre, datée du 17 juin 2018, reste à ce jour sans réponse. Quelques jours plus tard, les trois syndicats infirmiers, chargés de représenter la profession, claquent définitivement la porte des négociations, laissant planer un grand doute sur l’avenir de ces discussions. Ni le Ministère de la Santé, ni les services du Premier Ministre n’ont pris la peine de réagir depuis près de deux mois, et les infirmières et infirmiers libéraux s’angoissent désormais de cet avenir incertain.

Une réforme de la NGAP repoussée aux calendes grecques ?

Les enjeux sont considérables pour la profession à un moment où les infirmières libérales seront appelées à soutenir le virage ambulatoire souhaité par le gouvernement, sans revenir sur la nécessité de réformer en partie la NGAP, sur la base des discussions entamées il y a plus d’un an désormais. C’est donc pour ne pas attendre sans espoir, que ces 3 syndicats infirmiers on publié une lettre ouverte aux sénateurs et aux députés de la République. Les infirmières libérales ont ainsi souhaité alerter les représentants de la nation, afin qu’ils se penchent sur l’examen du PLFSS (Projet de loi de financement de la sécurité sociale). C’est le recours ultime pour la profession, qui attend des élus, qu’ils interviennent eux-mêmes auprès du gouvernement.

Datée du 29 aout dernier, la lettre a été rédigée « alors que le président de la République s’apprête à annoncer courant septembre d’importantes mesures de transformation de notre système de santé ». Bien évidemment, la lettre souligne l’importance des infirmières libérales dans l’offre de soins aujourd’hui et mette en avant le rôle, qu’elles auront à jouer pour accompagner ce virage de l’ambulatoire. « Faut-il rappeler que les 120.000 infirmiers libéraux constituent, en France, la première offre de soins de ville et qu’ils sont des acteurs incontournables du virage ambulatoire psalmodié par les tutelles ? «

 

Un bras de fer à l’initiative des infirmières et des infirmiers libéraux

Le courrier revient sur l’enjeu de ces négociations, présentant les arguments de la profession. L’impasse, dans laquelle ces dernières se trouvent, n’est imputable qu’à  l’Assurance Maladie qui refuse « d’investir dans les évolutions et l’actualisation de notre convention nationale et de la nomenclature », alors même que des efforts ont été faits pour d’autres professions de santé, comme les médecins et les pharmaciens notamment.

Si l’importance des enjeux est prise en compte par les IDEL(s) d’un côté et les autorités publiques de l’autres, « la faiblesse de l’enveloppe proposée par l’Assurance maladie » interdit l’aboutissement de ces négociations.

C’est donc une invitation à « exercer les pressions nécessaires sur le Gouvernement afin qu’une réponse rapide soit apportée (…) » , qui a été envoyée aux députés et aux sénateurs. Les infirmières et infirmiers libéraux veulent croire aux effets de cette lettre ouverte. Dans le cas contraire, Philippe Tisserand, président de la Fédération Nationale des Infirmiers (FNI) n’exclut pas « une mobilisation générale des infirmières libérales avec une grève des soins non programmés. »

La rentrée 2018-2019 s’annonce donc particulièrement tendue pour les infirmières libérales, alors qu’il y a un an, la profession toute entière affichait son optimisme face aux négociations qui débutaient alors !

D’après-vous, quelle sera l’issue de cette lettre ? Et plus généralement, comment estimez-vous, que le gouvernement va réagir à cette impasse des négociations conventionnelles ?

 

By |2018-09-16T17:12:41+00:0016 septembre 2018|IDEL au quotidien|76 Comments

76 Comments

  1. David Clerc
    David Clerc Le 16 septembre 2018 - Répondre

    Le gouvernement s’en fout pas mal de nous et de notre devenir !!
    Quand je vois que les médecins obtiennent toujours gain de cause, on devine bien qu’il y a 2 poids, 2 mesures…
    Toujours des moyens pour eux, des miettes ou rien pour nous!

    • Nasséra Redjem
      Nasséra Redjem Le 16 septembre 2018 - Répondre

      Les médecins ont un ordre qui bouge …

    • David Clerc
      David Clerc Le 16 septembre 2018 - Répondre

      Nasséra Redjem , c’est sûr ! Au moins, ils savent à quoi il sert.
      Ils ont aussi des syndicats très puissants et sont très bien représentés au gouvernement. Mme Buzyn était médecin, par exemple..🙄

    • Elodie Roux
      Elodie Roux Le 16 septembre 2018 - Répondre

      Après je sais que peu d idel sont syndics dc les syndicats n ont que peu de poids

    • David Clerc
      David Clerc Le 16 septembre 2018 - Répondre

      Elodie Roux pas faux !

    • Stéphanie Grangemar
      Stéphanie Grangemar Le 16 septembre 2018 - Répondre

      Les négociations conventionnelles concernent les syndicats, pas les ordres …

    • Nasséra Redjem
      Nasséra Redjem Le 16 septembre 2018 - Répondre

      David Clerc peut être aussi nous descendons pas assez ds la rue et pr être idel y a pas de solidarité entre nous

    • David Clerc
      David Clerc Le 16 septembre 2018 - Répondre

      Nasséra Redjem aussi, oui…

    • Paquita Paquito
      Paquita Paquito Le 17 septembre 2018 - Répondre

      Nasséra Redjem descendre dans la rue est malheureusement compliqué pour nous…

    • Nasséra Redjem
      Nasséra Redjem Le 17 septembre 2018 - Répondre

      Oui ms vraiment nous sommes a un tournant de notre profession soit on nous ecoute sois notre avenir est sombre

    • Fabienne Besse
      Fabienne Besse Le 21 septembre 2018 - Répondre

      Leurs bulletins de vote ne vont pas aux mêmes.

    • Hadrn Bralt
      Hadrn Bralt Le 21 septembre 2018 - Répondre

      Nasséra Redjem les médecins sont des bourgeois au gouvernement et a l’AN. C’est une question de classe. Ce n’est pas en tapinant pour un ordre qui n’est la que pour nous vampiriser que l’on obtiendra quelque chose mais dans une lutte unitaire de toutes et tous les travailleurs. Ma femme est médecin l’ordre ne sert a rien a part leur piquer du fric.

    • IDEL
      IDEL's Gironde Le 22 septembre 2018 - Répondre

      Nasséra Redjem
      Ce n est pas l ordre des médecins mais bien leurs syndicats qui négocient avec l uncam
      La grande différences avec nous c qu ils sont syndiqués à 90% alors que nous c a 15%
      De même les pharmaciens
      Alors effectivement il y a 2 poids 2 mesures

    • Thomas Leclerc
      Thomas Leclerc Le 22 septembre 2018 - Répondre

      David Clerc l’assemblée nationale est constituée en majorité d’avocats et…. De médecins. Quand il y aura une majorité d’infirmiers à l’assemblée nous aurons gain de cause…. Donc jamais

    • David Clerc
      David Clerc Le 22 septembre 2018 - Répondre

      Thomas Leclerc c’est exactement ça 😉

    • Nasséra Redjem
      Nasséra Redjem Le 22 septembre 2018 - Répondre

      Pfff ds tout les cas c est notre mort🤔🤨

  2. Jonathan Xella
    Jonathan Xella Le 16 septembre 2018 - Répondre

    Du moment ou ils ne diminuent pas ce que nous avons , ça devrait aller !!

  3. Peypa John
    Peypa John Le 17 septembre 2018 - Répondre

    Fallait être médecin 😋 quand je vois leurs avantages bouuuuuuu

  4. Ca Ro
    Ca Ro Le 17 septembre 2018 - Répondre

    On aura rien. Tout simplement parce que nous avons aucun moyen de pression.

    • Paquita Paquito
      Paquita Paquito Le 17 septembre 2018 - Répondre

      Ça c’est bien vrai! Le seul moyen serait de descendre dans les rues mais impossible !

    • Ca Ro
      Ca Ro Le 17 septembre 2018 - Répondre

      Dans les rues ? Ça ne servirait non plus à rien ils s’en fichent. On travaille avec de l humain..ils en ont rien à faire tant qu’ils y gagnent rien.

    • Muriel Petit Malenon
      Muriel Petit Malenon Le 18 septembre 2018 - Répondre

      Tout est possible. Arrêt des soins et descente dans la rue

    • Cissou Trente-trois
      Cissou Trente-trois Le 19 septembre 2018 - Répondre

      Muriel Petit Malenon la descente dans les rues, tout le monde s’en fout, en revanche ARRÊT DE TOUS SOINS DE VILLE …. DE TOUS PROFESSIONNELS DE SANTÉ… je pense que ça risque bouger et très vite !!!! Mais comme tjrs le mouvement ne serait pas suivi par tous car trop de panier de crabes dans ce milieu…. on creuse nous mêmes notre tombe avec nos dents (longues) depuis des décennies 🤬🤬🤬

    • Muriel Petit Malenon
      Muriel Petit Malenon Le 20 septembre 2018 - Répondre

      Cissou Trente-trois mais bien sûr que c’est possible. Nous l avons fait dans les années 95.
      Hôpitaux saturés, généralistes débordés… qui du coup hospitalisés …refus de prise en charge (c était l époque des quotas….).
      C’est au organisation syndicales de lancer les mots d ordre mais vraisemblablement pas trop actifs.
      C’est à vous la nouvelle génération a federer et nous faire bouger…nous nous sommes « vieilles », mais vous suivrons sans sourciller.
      Allez on compte sur vous 👍👍👍👍

    • Cecou Cec
      Cecou Cec Le 20 septembre 2018 - Répondre

      Des moyens de pression nous en avons plein!! Nos soins au quotidien sont indispensables !! Arrêt des soins et tous ds la rue!!

    • Didier Canivenc
      Didier Canivenc Le 21 septembre 2018 - Répondre

      Cissou Trente-trois on a déjà fait tt ça sans succès car , comme tu le soulignes , les ide liberales sont individualistes et le mouvement avait été peu suivi . De plus l’arrêt des soins est intenable vis a vis des patients qui , en bons francais te soutiennent au debut mais t enlève leur soutien dès que ca les touche …

    • Sabine Ains
      Sabine Ains Le 21 septembre 2018 - Répondre

      Franchement le gouvernement s’en fout des gens et des patients… autant que des rues prises…
      Tant que ça ne les touche pas eux personnellement on n’aura rien!

    • Annick Fillot
      Annick Fillot Le 21 septembre 2018 - Répondre

      Nous avons un énorme moyen de pression …. mais à chaque fois même pas 2% se bougent ! Nous sommes des milliers en France on peut tout bloquer mais personne du moins peu réagissent

    • Cissou Trente-trois
      Cissou Trente-trois Le 21 septembre 2018 - Répondre

      Annick Fillot tout à fait d’accord avec toi !!! Malheureusement bcp crient au loup mais bien peu s’activent

    • Cissou Trente-trois
      Cissou Trente-trois Le 21 septembre 2018 - Répondre

      Didier Canivenc d’accord avec toi, les patients s’en foutent comme de leur première chemise, du moment qu’ils ont quelqu’un !!!! Et c’est là le problème, trop peu de solidarité entre consœurs /confrères…. certains s’en foutent car ne se sentent pas concernés tant qu’ils ont du boulot, d’autres n’ouvrent pas les yeux, et certains sont tellement parano (ou peut-être pas d’ailleurs !!) qu’ils pensent que s’ils arrêtent les soins, un autre idel leur « piquera » le patient…. 🤬🤬🤬

    • Cissou Trente-trois
      Cissou Trente-trois Le 21 septembre 2018 - Répondre

      Muriel Petit Malenon les mentalités ont changées… à mon grand désarroi d’ailleurs, tant celle des patients que celle des soignants 😭😭😭

    • Ca Ro
      Ca Ro Le 21 septembre 2018 - Répondre

      Le seul moyen est de prendre les patients en otage..

  5. Valerie Matton
    Valerie Matton Le 17 septembre 2018 - Répondre

    Franchement un acte a facturé papier le jeudi , vous pensez vraiment que ça va surcharger les caisses … Mdr on a qu’à faire des factures papiers que les patients enverront aux caisses. Nous aurons enfin du soutien des patients qui raleront pour les délais de remboursement .

    • Celine Turgeman Argoud
      Celine Turgeman Argoud Le 17 septembre 2018 - Répondre

      Valerie Matton nous n aurons pas le soutiens des patients car la plupart ne sortirons pas les sous, par manque de moyen ou juste parce-que si il sont couvert il payerons pas ces comme ça la France quand on demande un payement parce-que la mutuelle fait la sourde oreille le patient ne comprend pas ou même quand la mutuelle donne les sous au patient et non à l i nfirmiere on a du mal à récupéré notre du.

    • Elen Elastigirl
      Elen Elastigirl Le 18 septembre 2018 - Répondre

      Et a nous ca nous compte argent et tps timbres enveloppes

  6. Céline Valette-Ducros
    Céline Valette-Ducros Le 17 septembre 2018 - Répondre

    Le jour où nous aurons un vrai ordre infirmier ( PAs Juste un ordre incompétent Qui prend des cotisations !) prêt à défendre nos négociations et à se battre pour que nous arrêtions d être toujours les derniers( actes,Frais de déplacement .. etc) nous pourrons espérer un mieux .
    En l état des choses .. il faut être très très optimiste pour attendre Quoi Que ce soit..

  7. Agnès Robert
    Agnès Robert Le 17 septembre 2018 - Répondre

    Dur métier pas assez reconnu.

  8. Moutarde Idel
    Moutarde Idel Le 17 septembre 2018 - Répondre

    « La lettre de la dernière chance »
    Ça fait un peu titre d’une série Z 😂

  9. Eric Bodeau
    Eric Bodeau Le 18 septembre 2018 - Répondre

    Et en attendant les commissions de pénalité fonctionnent à plein régime et sanctionnent les Ide qui ont fait et facturé des actes qui ne sont pas encore inscrit à la nomenclature qui n’est toujours pas revue et avec l’aval de confrères présent dans ces commissions

    • Véronique Heymelot-fernandes

      Je ne vous suis pas … quels actes ? Que voulez-vous que les collègues en commission puissent faire pour éviter les sanctions ? Rien … il y a les textes . Êtes-vous déjà allé dans une commission ?

    • IDEL
      IDEL's Gironde Le 22 septembre 2018 - Répondre

      Peux tu nous en dire plus

    • Eric Bodeau
      Eric Bodeau Le 22 septembre 2018 - Répondre

      oui je fais parti de cette commission et je peux dire que nos confrères d’un certain syndicat ne sont pas tendre avec ceux qui passent dans ces commissions alors c’est vrai il y a des textes et la nomenclature mais on est pas obligé d’enfoncer un confrère il y a les institutions pour cela et on peut toujours se battre pour que la sanction soit le plus faible possible

  10. Magalie Noel
    Magalie Noel Le 18 septembre 2018 - Répondre

    Vous allez pouvoir devenir assistants médicaux!!!! 😡😡😡😡😂😂😂 jaunes!!!

  11. Francoise Madignier
    Francoise Madignier Le 19 septembre 2018 - Répondre

    On se marche sur la tête à chacun son métier nom de la blouse blanche l aide soignante fait le boulot de l ide l ide maintenant doit suppléer au manque de Medecin et d autres responsabilités et formations vont s imposer !! A quel prix!! Et pour quelle finance !! Là le numerus clausus n existera plus qui existe depuis 1972!!! Donc on comprends qu ils ont mis tout ce temps pour comprendre qu on arrivait a la catastrophe!!Manque de medecins!! Les etudiants qui partent à l étrangers etc etc sans compter sue les jeunes médecins eux se sont mis à penser ils ne veulent plus travailler comme leur anciens confrères et être embêtés par les réformes sur réformes donc ils veillent devenir des salaries et avoir des heures correctes Mais ca les politiciens !! N ont rien vu venir du grand n importe quoi!! Comme toujours et après la France est donneuse de leçon de morales !!! Quand on voit comme cela se passent les etudes de medecine orthodontiste sage femmes kine etc c est le reve!!!

  12. Muriel Groslier
    Muriel Groslier Le 20 septembre 2018 - Répondre

    Est ce que le gouvernement ne voudrait pas que les IDEL disparaissent ?

  13. Roger Chavy
    Roger Chavy Le 20 septembre 2018 - Répondre

    Bon courage les infirmières, défendez vous vous êtes dans le vrai et avez le soutien de 99 pour cent de la population.

  14. Fabienne Le Bail
    Fabienne Le Bail Le 20 septembre 2018 - Répondre

    De l’optimisme s’il vous plaît..d’autres se sont battus avant nous pour obtenir des augmentations ou des conditions de travail meilleures…il y a des commentaires intéressants:se réunir,comprendre que nous sommes très nombreuses si nous nous unissons..les libéraux,nous sommes très isolés,on soigne les autres sans même avoir une médecine du travail pour nous mêmes.Les actes n’ont pas été revalorisé depuis un moment avec des charges qui augmentent beaucoup..la coordination faite est très peu reconnue..créer des collectifs dans chaque région..se regrouper pour consigner les doléances..arrêtons de nous isoler .les collègues dans les hôpitaux souffrent également..il faut que la mobilisation démarre du libéral .on peut comprendre que les infirmières hospitalières ,au vue du bas salaire,ne peuvent pas financièrement ,se permettre de faire grève tout en étant réquisitionnée… d’ailleurs,bon nombre essaie de fuir ces hôpitaux,pour s’installer en libéral..le problème,c’est que ça commence à saturer grave ..

  15. Bénédicte Davy
    Bénédicte Davy Le 20 septembre 2018 - Répondre

    Et puis moi , une fonctionnaire « privilégiée « ; devoir payer , parceque mon employeur doit faire des listes, un truc qui ne me concerne pas! J’ai déjà et depuis longtemps , les instances qui me jugent, « me défendent « , ! Je ne veux pas payer ces incompétents, inutiles! Vous servent ils ?

  16. Sandy Sandy
    Sandy Sandy Le 21 septembre 2018 - Répondre

    Au mieux, il nous reste 20 ans a exercer …nous disparaitrons petit a petit poussees sur le bas coté par ses nouvelles infirmieres salariees…il a bien dit exit l’exercice isolé…

  17. Corinne Alexandre
    Corinne Alexandre Le 21 septembre 2018 - Répondre

    Il faut faire comme les médecins s

  18. Annick Fillot
    Annick Fillot Le 21 septembre 2018 - Répondre

    Faut ouvrir les yeux c est juste la mort à petit feu depuis des années d une profession !

  19. Soledad Herbourg
    Soledad Herbourg Le 21 septembre 2018 - Répondre

    Ça ne donnera rien car on ne est pas solidaire.En fait,on travaille tous là tête dans le guidon 10 ou 12 heures par jour pour donner le maximum à nos patients tous les jours dimanche et férié inclus.Alors quand on s arrête,on n,a plus l énergie pour se rassembler.Et pourtant,je pense que cette fois ci les choses sont graves pour nous et qu il va falloir sortir de notre zone de confort et s unir pour se battre tous ensemble si on ne veut pas que notre beau métier disparaisse.La solution ?je ‘e l ai pas.Descendre dans la rue,ça ne donne rien.Ne pas faire les soins?On est trop professionnels pour ça.D autres idées ?

    • Karine Dehove
      Karine Dehove Le 22 septembre 2018 - Répondre

      Soledad Herbourg vous avez raison on n’est pas solidaires chacun pensent à bosser à garder précisément ses patients….si on manifester on perds du fric….mais avez vous penser que les petits cabinets survivent à peine….certaines ide installée….n’ont pas de tournée et travail en remplacement….pour vivre….
      Se battre oui il le faut….mais avant ca faut arrêter de se disputer….entre nous et s entraider…..

    • Stéphane Mancini
      Stéphane Mancini Le 23 septembre 2018 - Répondre

      Descendre dans la rue donnera des résultats si tout le monde se mobilise au lieu de regarder son nombril. Il y a eu des appels à manifester en interpro des samedis pour pouvoir y participer si on travaille en semaine et pourtant… Bref quand on voit le monde dans les centres commerciaux le week end je pense que de l’énergie beaucoup en on mais probablement pas concernés ou du moins pas encore car ce gouvernement va cintrer tous les gaulois réfractaires, travailleurs, chômeurs, retraités et bientôt un impôt sur les fœtus pourquoi pas après tout 🤔🤔 certains trouveraient ça normal…

  20. Christelle Faucon
    Christelle Faucon Le 21 septembre 2018 - Répondre

    Le premier ministre a répondu hier sur France inter, à une infirmière qui lui disait : Et nous ? Qu’avez vous prévu pour nous… Nous aussi nous méritons autant que les médecins, nous aussi nous avons fait des études qualifiantes, sans nous que feriez vous… Nous sommes un maillon très important de la chaîne de santé… Et pourtant dans votre loi santé encore une fois nous sommes oubliées, laissées de côté… Aucune amélioration de nos conditions de travail, aucunes augmentation de salaire… rien, rien et toujours on nous marche dessus… Sans considérations…
    Il a répondu à côté de la plaque : le système actuel est obsolète il faut le réformer en profondeur les médecins les « assistants médicaux » … Etc etc……… Et les infirmières ben euhh ça viendra après… Voilà tout est dit. Les infirmières rien à foutre… Nous ne sommes pas premiers de cordée dans cette profession… 😕😢

  21. Hadrn Bralt
    Hadrn Bralt Le 21 septembre 2018 - Répondre

    Vous affichiez votre optimiste !! Mais vous croyiez quoi ?! Personne ne tirera son épingle du jeu face a Macron !

  22. Tatiajon Lemguilm
    Tatiajon Lemguilm Le 22 septembre 2018 - Répondre

    Je viens de faire le choix de quitter le monde libéral après 9 années ! Pour redevenir salariée ! Les infirmières en pratique avancées vont nous manger faut pas rêver avec ses fameuses maisons médicales que les régions et départements financent !!

  23. Tatiajon Lemguilm
    Tatiajon Lemguilm Le 22 septembre 2018 - Répondre

    Merci aux futurs infirmières en soins appliqués et à ses chers maisons médicales financées par le département et la région !! Le conseil de l’ordre nous avaient bien prévenu que notre profession libéral disparaîtrait !
    J’ai donc fait le choix pendant qu’il était encore temps de vendre ma patientele après 9 années pour redevenir salarié ! Bon courage à vous car moi je n’avais plus la force avec tout cette administratif qui nous étouffe et la non reconnaissance de notre exercice !

    • Karine Dehove
      Karine Dehove Le 22 septembre 2018 - Répondre

      Je fais de même mais comme je suis en redressement judiciaire ! Car mon cabinet s’est fait bouffer…j’ai lâché prise pour mes enfants…je suis salariée en interim et salariée en ehpad….je fait encore des soins en libérale mais très peu….programmes asalee vous connaissez?
      Certains cabinets infirmiers sont unis en maison de santé vous savez…les idel se mettent à l abri..notre profession disparaît…..

    • Tatiajon Lemguilm
      Tatiajon Lemguilm Le 22 septembre 2018 - Répondre

      Karine Dehove je ne connais pas votre programme ! Moi aussi j’ai fait ce choix pour mes enfants et financièrement je ne m’y retrouvais pas!! Malgré mon temps de travail !

    • Karine Dehove
      Karine Dehove Le 23 septembre 2018 - Répondre

      Chercher sur internet le programme asalee …ars et CPAM au courant dans certaines maison de sante des isel se sont rapprochés des médecins et forment un groupe…commission paritaire de la CPAM garde l accès aux ide asalee…..
      Faut monter projet etc….demande autour de vous…
      Je suis tous les mois en decouvert car le salaire ne couvre pas mes depenses…..mes prets ne passent plus…j ai demandé depuis 6 mois un jugement sur le redressement judiciaire au tgi

  24. Isabelle Saunier
    Isabelle Saunier Le 22 septembre 2018 - Répondre

    Métier passion, métier exploitation… je pense pas qu’un jour ça puisse changer. Ceux qui fonctionnent avec le coeur se font toujours bouffer par ceux qui fonctionnent avec leurs intérêts financiers… un infirmier préfère crever de faim chaque fin de mois plutôt que de laisser tomber ses patients pour passer du temps à défendre ses propres intérêts. On est dans un monde d’égo… ça mettra des siècles à changer hélas…

  25. Hélène Giné-Parrel
    Hélène Giné-Parrel Le 22 septembre 2018 - Répondre

    les séances à l’assemblée sont filmées , peut-etre faire un sitting la bas pour quoi pas

  26. Elina Elina
    Elina Elina Le 22 septembre 2018 - Répondre

    Nous allons disparaître….

  27. Flora Caimi
    Flora Caimi Le 22 septembre 2018 - Répondre

    😡

Laisser un commentaire