Les résultats du quatrième sondage CMV Médiforce concernant les professions libérales en 2014 sont tombés le 21 avril 2015. Il révèle en grande partie le climat de morosité général qui pèse actuellement sur toutes les professions de santé. Nouvelles réglementations, loi de santé 2015, fiscalité, patients de plus en plus consuméristes sont les raisons affichées de ce désarroi. Pourtant les IDELs, malgré tout, reste ceux parmi les libéraux à avoir le regard le plus positif (ou le moins négatif…) et novateur sur leur profession.

Le moral des professionnels libéraux est en berne, et celui des infirmiers libéraux ?

Difficile de l’ignorer : le climat chez les professionnels de santé n’est pas vraiment à la gaieté ces derniers mois ! Entre manifestations, grèves, charges toujours plus importantes, horaires de plus en plus lourds et manque de reconnaissance, les professionnels libéraux sont démoralisés. « C’est sans doute l’un des résultats les plus frappants et les plus significatifs de la 4ème édition du Scan. Pour la première fois, les PLS, quand on leur demande de noter sur une échelle de 1 à 10 la situation actuelle de leur profession, accordent dans leur ensemble une note inférieure à la moyenne : 4,8 ». Notons que la première année de ce sondage en 2011 la note globale était de 5,7…

Cette note donnée par les différents PLS (médecins généralistes, chirurgiens-dentistes, pharmaciens, infirmiers, kinésithérapeutes, ostéopathes, biologistes, radiologues et vétérinaires libéraux) est en baisse constante depuis la création de ce questionnaire il y a 4 ans. Quant aux perspectives d’avenir, elles ne sont guère plus réjouissantes. Car 53 % des professionnels libéraux interrogés ne recommanderaient pas leur profession à un jeune en recherche d’une formation.

Pourtant, une catégorie de métiers se détache de cette morosité générale : ce sont les infirmiers libéraux ! S’ils ne sont pas forcément très « joyeux », il n’en reste pas moins qu’ils sont les plus optimistes de tous les professionnels libéraux. Ils accordent à leur métier une note de 5,6, largement supérieure à toutes les autres catégories professionnelles médicales libérales. Effectivement, ils sont de plus en plus nombreux à vouloir recommander leur métier à des jeunes : 65 % des IDELs interrogés tout de même ! Alors quelles sont les motivations de nos infirmiers libéraux ? Albus a cherché à en savoir plus…

Des IDELs qui voient leurs patients changer et qui souhaitent voir leurs pratiques infirmières évoluer

Sachez tout d’abord chers IDELs que votre logiciel infirmier Albus est très satisfait de voir que vous faites parties des professionnels libéraux les plus intéressés par la télémédecine. « Télé-surveillance et télé-assistance, modalités qui à priori les concernent potentiellement le plus, recueillent particulièrement leurs [des infirmiers libéraux] suffrages : respectivement 65 % et 67 % des infirmiers interviennent déjà dans de tels actes ou imaginent qu’ils interviendront certainement un jour contre en moyenne 48 % et 50 % des autres PLS qui disent utiliser déjà ou en avoir l’intention certaine ».

Des résultats qui nous touchent particulièrement qui nous poussent à vouloir vous donner toujours le meilleur pour un logiciel Albus qui vous ressemble et qui vous accompagne au quotidien.

De plus, là où les professionnels libéraux regrettent le changement de comportement de leurs patients (plus voire trop d’informations, trop de volontés d’économies dans les dépenses de santé, trop de « clientélisme » de la part des patients) il semblerait que les IDELs souhaitent s’y adapter plus facilement que les autres. En effet les patients sont d’une exigence de plus en plus importante en matière de santé toutefois « les infirmiers qui s’adaptent disent procéder en donnant plus d’explications (environ 3 citations sur 10), ou bien aussi en étant plus à  » l’écoute  » de leurs patients (3 citations sur 10) ».

Que dire de plus ? Des infirmiers libéraux qui aiment leur métier et le recommandent en majorité, qui s’adaptent à toutes les nouveautés qu’imposent les restrictions budgétaires des dépenses de santé de l’État mais aussi des patients et qui souhaitent voir évoluer leur métier vers des techniques avancées en étant mieux formés là où le climat est à la lassitude. Nous sommes tout simplement fiers d’être l’allié virtuel de votre travail quotidien chers infirmiers libéraux.

Et vous, infirmières et infirmiers libéraux, aviez-vous conscience de la morosité de vos confrères libéraux ? Trouvez-vous que la différence notable dans ce sondage entre les infirmiers libéraux et les autres professionnels se voient au quotidien ? Êtes-vous d’accord avec l’opinion des IDELs sondés pour cette enquête ?