Réforme des services d’urgence, un plan d’action déjà contesté - Albus, l'appli des infirmiers

Réforme des services d’urgence, un plan d’action déjà contesté

Depuis des mois, les services d’urgence sont entrés en conflit ouvert contre le Ministère de la Santé. Les médecins, infirmières et autres soignants se plaignent ainsi du manque de moyens, de la fermeture continue de lits, de la pénurie de personnel, de conditions matérielles détestables, …. Rien ne va plus selon eux, et le Ministère de la Santé a pris le problème à bras le corps. Après plusieurs annonces, au cours de l’été, Mme Agnès Buzyn a dévoilé un ambitieux plan d’action, dévoilé le lundi 09 septembre, et dès le début de sa déclaration, la Ministre de la Santé a annoncé sa volonté d’agir désormais : « L’heure n’est plus aux constats mais aux solutions. » Et parce que les projets ambitieux nécessitent des moyens, le Ministère de la santé a déjà évalué la dépense, en annonçant un budget de 750 millions d’euros jusqu’en 2022. Alors, les mesures annoncées par la Ministre constituent-elles une réponse adaptée et efficace aux revendications des soignants ?

Le SAS, un nouveau centre d’appel pour gérer toutes les demandes de soins

La vaste Réforme du service des Urgences à l’Hôpital s’articule autour de mesures, dont certaines sont annoncées depuis des années voire des décennies. Ainsi en est-il du SAS, un nouvel acronyme pour Service d’accès aux soins. Offrir à l’ensemble de la population un canal de communication (téléphone ou mail) accessible 24h/24 et 7j/7. Ce nouveau service pose déjà questions, puisqu’il est destiné, faut-il le rappeler à désengorger les urgences. Que va-t-il advenir des autres numéros d’urgence ? Comment orientera-t-on les appelants vers une infirmière libérale ou un médecin généraliste ? … L’ambition du SAS est de répondre à toutes les demandes de soins de la population, et on peut légitimement considérer que l’asphyxie est déjà envisageable avant même la création de ce nouveau service. Et le Ministère de la Santé annonce que le SAS sera opérationnel dès l’été 2020, alors le temps presse, et un projet détaillé et précis devrait être rendu public dans les deux mois.

De nouvelles responsabilités pour les infirmiers et infirmières hospitalières

Dès le 02 septembre, la Ministre confirmait le renforcement du rôle des infirmières, avec la possibilité de prescrire de l’imagerie ou de suturer des plaies (protocoles de coopération). Aux Urgences, L’infirmière de pratique avancée (IPA) pourra, quant à elle, poser des diagnostics, réaliser des actes techniques, prescrire des examens d’imagerie. Certains présentent déjà l’IPA comme la « super infirmière », et il est nécessaire de souligner que l’IPA sera armée pour faire face à ses nouvelles responsabilités, avec une formation BAC +5 et une expérience confirmée. Faire gagner du temps médical aux urgences, l’ambition des IPA Urgences correspond aux objectifs fixés par Mme Buzyn.

La profession infirmière se félicite de ces annonces, d’autant plus que les protocoles de coopération, nécessaires à la délégation des taches des médecins vers les infirmières, ont été créées en 2009 (la loi HPST) même si elle regrette le manque de cohérence au niveau national. Pourquoi ne pas donner les mêmes droits à toutes les infirmières et infirmiers, et limiter ces délégations à des accords entre certains médecins urgentistes et certaines infirmières. Reste à régler le problème de la rémunération et du financement, et en cette période de troubles à l’hôpital, la question est sensible. Toujours est-il, que les infirmières et infirmiers hospitaliers se disent offusqués que la prime de coopération, évoquée par le Ministère, ne soit que de 100 € par mois.

L’annonce du 02 septembre de Mme Buzyn a agréablement surpris la profession infirmière. Elargir les attributions de l’IPA en prévoyant d’en employer dans les services d’urgence, c’est positionner la profession en tant que soignant de premier recours, une demande portée par de nombreux syndicats depuis des années. Il faudra cependant attendre quelques années, avant que les premières IPA fassent leur arrivée dans les services d’urgence, puisque les premières sont attendues en …2022.

Les soins de ville et les infirmières libérales, pour soulager l’asphyxie des urgences

Si la coopération fait partie de la Réforme initiée en 2018 et sobrement baptisée Ma Santé 2022, elle est aussi un des axes pour permettre aux Urgences de se sortir de la Crise. Ainsi, des protocoles de coopération devraient permettre aux masseurs kinésithérapeutes de prendre en charge les situations de traumatologie bénigne, comme une entorse de cheville par exemple. Le passage par la case médecin ne sera plus nécessaire, et cette mesure devrait entrer en vigueur avant la fin de l’année 2019.

Dans le même esprit, il a été rappelé le rôle assigné aux Communautés Professionnelles Territoriales de Santé (CPTS). Ces dernières doivent devenir la véritable liaison entre médecine de ville et les services d’Urgence. Lors de sa présentation de son plan d’action, Mme Buzyn a également annoncé la création de 50 maisons médicales de garde (MMG), une structure supplémentaire donc. Ces MGG sont destinées à être implantées à proximité des Urgences Hospitalières les plus saturées, c’est-à-dire les services avec plus de 50.000 visites par an. Des mesures complémentaires doivent permettre de fluidifier le passage aux Urgences, notamment avec la possibilité de prescrire un transport sanitaire vers des structures de ville.

Les personnes âgées bientôt réorientées et exclues des services d’Urgence

C’est une mesure ambitieuse de ce projet de Réforme, et la ministre de la Santé l’a affirmé : l’objectif est que dans 5 ans, aucune personne âgée de plus de 75 ans ne passe par la case urgence. Des textes doivent préciser les moyens et les outils pour parvenir à cet objectif. On évoque un renforcement des accompagnements à destination des Ephad et des professionnels libéraux, en charge de la santé des personnes âgées. Le Ministère a également souligné la création d’équipes mobile de gériatrie et des moyens supplémentaires pour les services gériatriques existants. Il faudra attendre quelques semaines pour pouvoir prendre connaissance de l’ensemble de ces moyens et vérifier ainsi la pertinence de ceux- ci.

La Réforme des Urgences, une question de budget avant tout

Sortir les Urgences de leur situation actuelle consiste aussi à réaliser d’importantes économies, selon le Ministère de la Santé. Et les idées ne manquent pas en la matière, à commencer par un encadrement du recours à l’Intérim privé, un dispositif dont certains médecins abuseraient. De nouvelles règles devraient donc être très rapidement adoptées, et un service de mutualisation inter hospitalière devrait être créé. Remplacer l’intérim privé par une mutualisation publique.

D’autre part, le financement des Urgences sera lui aussi revu en profondeur, avec l’ambition d’élaborer une dotation populationnelle de financement, une notion relativement obscure à ce jour, qui devrait se substituer au forfait patient, jusque là utilisé pour le calcul des dotations de chaque service.

Enfin, la Ministre de la Santé a annoncé la création d’une cellule de gestion interne des lits dans tous les groupes hospitaliers, et ce avant la fin de 2020. Il n’y aura donc pas de création de lits dans les hôpitaux, la demande figurait en tête de liste des revendications des personnels soignants, puisque selon Mme Buzyn : « La fermeture de lits n’est pas une conséquence du budget, c’est un mouvement international lié à la diminution des durées moyennes de séjour dans les hôpitaux »

Voilà donc, en quelques lignes, les grandes orientations du plan de réforme du service des Urgences, proposé par la Ministre de la Santé. Les réunions, organisées dans les centres hospitaliers touchés par un mouvement de grève, attestent que ces mesures n’ont pas convaincu les contestataires, et de nombreux syndicats représentatifs des professionnels de santé se sont indignés du manque d’ambition de ce plan. Il faut dire, que pour la grande majorité des mesures, il faudra attendre des mois, et même parfois des années, pour pouvoir constater la pertinence et l’efficacité des décisions prises. Le débat est donc loin d’être clos.

Et vous, que pensez-vous de la situation des services d’Urgence ? Et plus généralement de la situation des Hôpitaux en France ?

POSTER UN COMMENTAIRE

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

tous les commentaires

22 septembre 2019

merci pour les infirmiers qui donnent autant dans d'autres services que les urgences eu pas d'augmentation

18 septembre 2019

Hikmate Nurse infirmière de pratique avancée urgentiste

18 septembre 2019

Lou Isa merci mais vu l'etat des urgences dans ce pays. . Je laisse ma place lol

16 septembre 2019

Si certains ne l'ont pas entendu/vu : Chronique de Nicole Ferroni " Urgences: ras le gobelet" du 11 septembre 2019 sur France Inter... elle résume bien la situation des Urgences !

16 septembre 2019

Les "vrais" médecins de famille sont comme les "bonnes soeurs" infirmières = obsolètes !!! Chacun a le droit d'avoir une vie de famille, arrêtons de nous parler de "vocation" ou "dévouement" corps et âmes à son boulot !!! Nous sommes professionnels, nous avons été formés pour faire notre boulot du mieux qu'on peut (faut que les moyens matériels&humains soient là aussi!!) mais la Société a changé et évolué... il faut repensé le Système et vite !!! Nous avons ENCORE de la chance qu'aujourd'hui TOUS nos soignants ne soient pas "déclarés"et en arrêt pour "Burn Out"... car si c'était le cas, même en nous parlant de "conscience professionnelle",il n'y aurait plus personne pour nous soigner !!! #Familles/Patients/Soignants=tous concernés par la Santé!

16 septembre 2019

Posez vous les bonnes questions messieurs et mesdames du gouvernement...et venez travailler avec nous ...au lieu de parler et nous pondre des réformes sans rien savoir de la vraie vie

16 septembre 2019

Cest un catastrophique ont pas Asser de personel, cest honteux de voir en 2019.on donne pas tout les moyens au urgences. ??

16 septembre 2019

?

15 septembre 2019

Que sont devenus les vrais médecins de famille ? Ceux qui prenaient les tours de garde , étaient joignable facilement... Chez nous il faut passer systématiquement par doctolib ou aller prendre son rv sur place, la secrétaire étant difficilement joignable . Les médecins ne se déplacent plus à domicile, vacances = cabinet fermé sans remplaçants et le soir et le week-end on ns invite gentiment à faire le 15 !!!! Donc peut-être est-ce ce système qui est à revoir ??

21 septembre 2019

ben maintenant ils veulent tous faire 9h - 12h / 14h - 18h!!

17 septembre 2019

Laurence Lassouque tout à fait vrai

16 septembre 2019

Les "vrais" médecins de famille sont comme les "bonnes soeurs" infirmières = obsolètes !!! Chacun a le droit d'avoir une vie de famille, arrêtons de nous parler de "vocation" ou "dévouement" corps et âmes à son boulot !!! Nous sommes professionnels, nous avons été formé pour faire notre boulot

15 septembre 2019

Laurence Lassouque la vérité lamentable

15 septembre 2019

Serais juste plus que temps qui prenne des idées des petite mains plutôt que d énarque ou de professeur machin qui ne mette pas les mains dans le camboui

15 septembre 2019

Un cauchemar !!!!!

14 septembre 2019

Pourquoi posez-vous cette question ? Vous connaissez très bien la réponse...... D'ailleurs il suffit de voir le nombre de réponses........

14 septembre 2019

Je viens faire ici, après mûre réflexion, le témoignage du cauchemar qui a commencé la nuit du 5 mai chez moi. J'ai longuement réfléchi au fait de témoigner car depuis toujours je soutiens les soignants, les urgences, comprenant totalement leurs difficultés. Cependant si je viens reporter ici ce que j'ai vécu, c'est avant tout pour que personne d'autre ne vive ces moments difficiles ou le médecin des urgences ne vous croit pas, ou estime que vous exagérez. Il était près de minuit lorsque je suis réveillée par l'agitation anormale de mon mari. Inquiète je téléphone tout de suite aux urgences. Le médecin me demande s'il marche, s'il parle... Oui, oui... Mais de façon anormale ! "Pouvez-vous me le passer ? " Et c'est là que mon mari, absolument réfractaire à l'hospitalisation, a eu la force de persuasion de convaincre le médecin qu'il allait bien. Lorsque je reprends le téléphone pour expliquer au médecin qu'il ne doit pas se laisser influencer par des propos prononcés d'une voix ralentie et confuse, le médecin me répond "Nous n'avons pas le droit d'hospitaliser contre la volonté de la personne, c'est la loi". J'ai eu beau essayer de lui expliquer qu'il n'avait plus toute sa raison, il a mis fin à la discussion. Peu de temps après, comme son état ne s'améliore pas, il devait être une heure du matin, j'appelle les pompiers. Malheureusement je tombe sur le même médecin. Pas de chance. Son avis n'avait pas changé et m'a presque rabrouée. Absolument sous le choc, je n'ai pas eu la présence d'esprit de citer le mot magique : AVC ! Peut-être que si j'avais eu le temps de parler de ses antécédents le médecin m'aurait crue. Malheureusement ce ne fut pas le cas. Il a fallu attendre les vomissements et la chute de mon mari dans les toilettes pour que je rappelle une troisième fois en disant que cette fois-ci si personne n'intervient.... Ok, on arrive !! Plus de quatre heures après mon premier appel. Aujourd'hui, presque 5 mois et demi après son AVC hémorragique, mon mari est toujours hospitalisé. Si j'étais procédurière je crois que je pourrais porter plainte. Ce n'est pas mon souci majeur. J'ai vécu des mois abominables, surtout les premiers, lorsqu'il fallait que j'aille le nourrir midi et soir pour soulager les aides soignantes qui n'avaient pas le temps... Je suis moi-même très fatiguée, luttant depuis 2005 contre une maladie de longue durée incurable. J'économise mon énergie pour nos santés. Tout ce que je souhaite maintenant c'est qu'il récupère une partie de ses facultés et qu'il revienne enfin à la maison. Ses chiens l'attendent depuis trop longtemps. Pourvu que personne d'autre ne vive ce cauchemar à cause d'une écoute insuffisante.

16 septembre 2019

Liza Lo Bartolo je soutiens les médecins et les soignants. Mais, c'est comme partout. Il y aussi des mauvais ou des gens qui n'en peuvent. Mon fils atteint d'un cancer de la vessie-- il était viticulteur et a vécu avec nous au milieu des vignes. Il était tombé pendant les vendanges. SAMY... Urgences. Pris en charge de suite... 5 heures d'attente... Nous savions que la fin était proche. Nous étions plutôt, sa femme et moi, inquiets. Pas de nouvelles. A 18 h, sans nouvelles avec une épouse dont le mari était arrivé 8h, nous nous sommes invités dans le service. Nous avons clairement montré notre colère. Virés nous avons dû reprendre l'attente. Un bon moment après enfin médecin arrive pour dire Frédéric allait bien, répété plusieurs fois. La j'explose,... Un gars de 40 ans un cancer en phase terminale ne peut pas aller bien. Retour à la maison. En faisant une course je croise notre députée qui me conseille d'écrire au pt de l'hosto. Pas de soucis. Je raconte notre reception. Convoqué, le Directeur essaye de me tartiner de la pommade, ça m'a surtout énervé. J'ai donné des info verifiables. Grand déballage. . Ménage dans le service, blâme. En fait, il y avait des conflits. J'étais prêt pour le tribunal.. Aujourd'hui, rien à dire, la grève est importante....

14 septembre 2019

Catastrophique... Les réformes ne changent rien. L'hôpital reçoit tout le monde, c'est normal. Il faut donner les moyens pour continuer son œuvre.

14 septembre 2019

Surtout ne rien dire sinon sanctions !!!!

14 septembre 2019

Toujours le même problème entre l'administratif et le médical ?

14 septembre 2019

C'est catastrophique !

21 septembre 2019

Que sont devenus les vrais médecins de famille ? Ceux qui prenaient les tours de garde , étaient joignable facilement... Chez nous il faut passer systématiquement par doctolib ou aller prendre son rv sur place, la secrétaire étant difficilement joignable . Les médecins ne se déplacent plus à domicile, vacances = cabinet fermé sans remplaçants et le soir et le week-end on ns invite gentiment à faire le 15 !!!! Donc peut-être est-ce ce système qui est à revoir ??

18 septembre 2019

Hikmate Nurse infirmière de pratique avancée urgentiste

17 septembre 2019

Que sont devenus les vrais médecins de famille ? Ceux qui prenaient les tours de garde , étaient joignable facilement... Chez nous il faut passer systématiquement par doctolib ou aller prendre son rv sur place, la secrétaire étant difficilement joignable . Les médecins ne se déplacent plus à domicile, vacances = cabinet fermé sans remplaçants et le soir et le week-end on ns invite gentiment à faire le 15 !!!! Donc peut-être est-ce ce système qui est à revoir ??

16 septembre 2019

Que sont devenus les vrais médecins de famille ? Ceux qui prenaient les tours de garde , étaient joignable facilement... Chez nous il faut passer systématiquement par doctolib ou aller prendre son rv sur place, la secrétaire étant difficilement joignable . Les médecins ne se déplacent plus à domicile, vacances = cabinet fermé sans remplaçants et le soir et le week-end on ns invite gentiment à faire le 15 !!!! Donc peut-être est-ce ce système qui est à revoir ??

16 septembre 2019

Je viens faire ici, après mûre réflexion, le témoignage du cauchemar qui a commencé la nuit du 5 mai chez moi. J'ai longuement réfléchi au fait de témoigner car depuis toujours je soutiens les soignants, les urgences, comprenant totalement leurs difficultés. Cependant si je viens reporter ici ce que j'ai vécu, c'est avant tout pour que personne d'autre ne vive ces moments difficiles ou le médecin des urgences ne vous croit pas, ou estime que vous exagérez. Il était près de minuit lorsque je suis réveillée par l'agitation anormale de mon mari. Inquiète je téléphone tout de suite aux urgences. Le médecin me demande s'il marche, s'il parle... Oui, oui... Mais de façon anormale ! "Pouvez-vous me le passer ? " Et c'est là que mon mari, absolument réfractaire à l'hospitalisation, a eu la force de persuasion de convaincre le médecin qu'il allait bien. Lorsque je reprends le téléphone pour expliquer au médecin qu'il ne doit pas se laisser influencer par des propos prononcés d'une voix ralentie et confuse, le médecin me répond "Nous n'avons pas le droit d'hospitaliser contre la volonté de la personne, c'est la loi". J'ai eu beau essayer de lui expliquer qu'il n'avait plus toute sa raison, il a mis fin à la discussion. Peu de temps après, comme son état ne s'améliore pas, il devait être une heure du matin, j'appelle les pompiers. Malheureusement je tombe sur le même médecin. Pas de chance. Son avis n'avait pas changé et m'a presque rabrouée. Absolument sous le choc, je n'ai pas eu la présence d'esprit de citer le mot magique : AVC ! Peut-être que si j'avais eu le temps de parler de ses antécédents le médecin m'aurait crue. Malheureusement ce ne fut pas le cas. Il a fallu attendre les vomissements et la chute de mon mari dans les toilettes pour que je rappelle une troisième fois en disant que cette fois-ci si personne n'intervient.... Ok, on arrive !! Plus de quatre heures après mon premier appel. Aujourd'hui, presque 5 mois et demi après son AVC hémorragique, mon mari est toujours hospitalisé. Si j'étais procédurière je crois que je pourrais porter plainte. Ce n'est pas mon souci majeur. J'ai vécu des mois abominables, surtout les premiers, lorsqu'il fallait que j'aille le nourrir midi et soir pour soulager les aides soignantes qui n'avaient pas le temps... Je suis moi-même très fatiguée, luttant depuis 2005 contre une maladie de longue durée incurable. J'économise mon énergie pour nos santés. Tout ce que je souhaite maintenant c'est qu'il récupère une partie de ses facultés et qu'il revienne enfin à la maison. Ses chiens l'attendent depuis trop longtemps. Pourvu que personne d'autre ne vive ce cauchemar à cause d'une écoute insuffisante.

15 septembre 2019

Que sont devenus les vrais médecins de famille ? Ceux qui prenaient les tours de garde , étaient joignable facilement... Chez nous il faut passer systématiquement par doctolib ou aller prendre son rv sur place, la secrétaire étant difficilement joignable . Les médecins ne se déplacent plus à domicile, vacances = cabinet fermé sans remplaçants et le soir et le week-end on ns invite gentiment à faire le 15 !!!! Donc peut-être est-ce ce système qui est à revoir ??

autres actualités